Diagnostic réglementaire
sur enrobé

Conformément à la réglementation en vigueur et afin de prévenir tout risque pour la santé des personnes qui interviennent sur les chantiers de travaux sur voirie, le maître d’ouvrage doit évaluer le risque lié à la présence d’amiante en application des articles L4531-1 et L4121-2 du code du travail.

Définition :

Jusqu’à son interdiction en 1997, l’amiante a été massivement utilisé dans les matériaux de construction immobilière, mais aussi dans les revêtements routiers. Intégrées aux enrobés, les fibres d’amiante limitaient leur dilatation, et donc la formation de fissures ou de nids de poule. L’amiante peut ainsi être présent dans toute surface bituminée et nécessite donc un diagnostic avant tous travaux de voirie.

Les HAP (Hydrocarbure Aromatique Polycyclique) ne sont plus utilisés depuis 1993 dans les goudrons et 2005 dans les produits dérivés houillers.

Notre mission :

QUELS SONT LES TRAVAUX CONCERNÉS ?

Un diagnostic amiante est obligatoire pour tous travaux sur des enrobés bitumineux antérieurs à 1997.

En présence d’amiante, et en fonction du type de travaux réalisés, des dispositions particulières, prévues par le Décret n° 2012‐639 du 4 mai 2012 relatif aux risques d’exposition à l’amiante, doivent être prises par le maître d’ouvrage. Les mesures de sécurité à mettre en œuvre sont plus importantes pour les travaux de grande envergure (rabotage et démolition), qui peuvent mettre en péril non seulement la santé des travailleurs, mais également celle de la population voisine.

  •  

DÉROULEMENT DU DIAGNOSTIC

Le diagnostic amiante et HAP dans les enrobés se déroule de la façon suivante :

  • Dans un premier temps, le diagnostiqueur doit déterminer la présence ou non d’amiante dans les enrobés concernés, en croisant différentes informations : date de construction de la voie, formulation des matériaux utilisés, etc. Cette première phase peut suffire à exclure de façon certaine la présence d’amiante. Les travaux peuvent alors débuter sans aucune disposition particulière.
  • Si l’absence d’amiante n’est pas avérée, des prélèvements des différentes couches de la chaussée doivent être réalisés. Le nombre de carottages à effectuer varie selon l’homogénéité de la chaussée : deux carottages suffisent pour une chaussée homogène, sinon un prélèvement tous les 200 m minimum est nécessaire.
  • Le diagnostic HAP a pour objectif, sur la base de prélèvements d’enrobé et d’analyses en laboratoire, de vérifier la teneur en HAP.

Des mesures particulières doivent alors être prises avant, pendant et après les carottages : signalisation de la zone de chantier, arrosage régulier de la zone de prélèvement pour éviter la dispersion de fibres d’amiante, emballage de la carotte dans un sachet hermétique prévu à cet effet, gestion des déchets amiantés, etc.

Les prélèvements effectués sont ensuite envoyés pour analyses dans un laboratoire accrédité par le COFRAC. Si cette analyse révèle la présence d’amiante, le diagnostiqueur établit une cartographie détaillée de la chaussée, accompagnée des dispositions nécessaires à mettre en œuvre pour assurer la protection des intervenants et de la population.

LES OBLIGATIONS DU DIAGNOSTIQUEUR

Le diagnostic amiante sur les enrobés doit obligatoirement être réalisé par un diagnostiqueur certifié COFRAC et SS4. Ces certifications vous assureront de passer par un professionnel formé aux risques liés à l’amiante et qualifié pour éviter toute exposition sur le chantier.

ÉQUIPEMENTS DE PROTECTION INDIVIDUEL – EPI

Les diagnostiqueurs d’ESIRIS GROUP disposent de tous les équipements nécessaires à leur propre protection, celle des tiers et à la gestion sécurisée des prélèvements :

  • Demi-masque FFP3 jetable
  • Combinaison de type 5 jetable
  • Gants et bottes étanches
  • Gilet haute visibilité
  • Sacs étanches et étiquetés suivant les emplacements des prélèvements sur le site

Rappelons que l’analyse, la manipulation et la gestion des matériaux amiantés comportent un véritable risque pour la santé humaine. Au-delà de l’obligation légale, faire appel à un professionnel est le seul moyen de protéger efficacement les travailleurs, la population alentour, mais aussi l’environnement !

HYDROCARBURES AROMATIQUES POLYCYCLIQUES – HAP

Les fortes teneurs en HAP dans les enrobés peuvent provenir de la présence de goudron (le goudron provient de la distillation de la houille, alors que le bitume provient de celle du pétrole), fluxant ou autres dérivés houillers présents dans certains liants d’enduisage ou de couche d’accrochage.

Leur présence à une teneur élevée (> 50 mg/kg) limite la réutilisation des rabotages d’enrobés en recyclage à chaud.

En cas de présence de HAP en teneur supérieure à 50 mg/kg, le donneur d’ordre exclura la possibilité de réutilisation des agrégats d’enrobés à chaud (Guide d’aide à la caractérisation des enrobés bitumineux, Mise à jour du 20 novembre 2013).

La teneur en HAP d’un enrobé peut être qualifiée suivant 2 techniques :

  • Qualification rapide au Pak-marker
  • Quantification en laboratoire COFRAC

Ces deux techniques peuvent être complémentaires et utilisées simultanément.

En complément des moyens d’ESIRIS GROUP, notre service « Diagnostic réglementaire sur enrobé » peut s’appuyer sur des moyens propres :

  • Moyens humains
    • 5 ingénieurs diagnostiqueurs amiantes
    • 10 techniciens supérieurs certifiés SS4 et COFRAC
  • Moyens techniques :
    • 1 laboratoire central matériaux
    • Un réseau de 12 laboratoires d’analyses chimique certifiés COFRAC Amiante et HAP
    • 4 laboratoires mobiles de chantier
    • 12 ateliers de carottage de voirie mobiles
    • Une plate-forme support de géolocalisation d’analyse
  •  

Siège

8-10 Rue des Chênes Rouges

91580 ETRECHY

Pour voir l'ensemble de nos agences ...

Tél : 01 69 58 29 58

group@esiris.fr